Édifice

Réservé

Historique

Orgue de salon construit par Victor Gonzalez en 1949 pour Gaston Litaize.

Transféré en 1960 à la chapelle des Lazaristes à Bondues (Nord) par Erwin Müller ; il aurait été "terminé" à cette occasion. La traction et le tirage de jeux étaient déjà électriques à cette époque. Quid de 1949 ?

De nouveau transféré par Delmotte (Tournai), en 2007, à l'église St Sébastien d'Annappes, sans modification de la composition, mais certaines combinaisons ont disparu. Lors de cette intervention, une console électrique (neuve) a été installée "au coeur de l'action liturgique", comme on dit, ce qui permet à l'organiste de se croire sourd de l'oreille gauche quand il joue : le son lui parvient par la droite, qui n'est pas équilibré par le peu de réverbération venant de la gauche. Il est vrai qu'avec l'ancienne console en fenêtre, la surdité bilatérale était sans doute inévitable.

On aurait pu imaginer un accrochage en "nid d'hirondelle" (cf. photos), mais à très grands frais, alors que l'édifice nécessite pas mal de travaux : en effet, l'apparence tristounette du ciment gris qui l'habille extérieurement ne fait que masquer, là où il reste accroché, l'apparence bien plus séduisante du calcaire tendre et blanc qui résiste si mal au gel et au ruissellement.

L'emplacement, au fond de l'église, est discret. L'orgue, qui devait autrefois tenir sous les plafonds d'un apparement haussmanien (je présume), ne masque pas le vitrail qui le surplombe, et c'est tant mieux. Il est en revanche exposé à la poussière, et modérément protégé des tripotages par l'ancien banc de communion qui a trouvé là un noble quoiqu'inefficace réemploi. Heureusement, l'église est presque toujours fermée, écartant par là même les indélicats.

L'orgue a été inauguré le 17 mai 2007.

Description

Orgue en un seul corps posé au sol, au fond du bas-côté gauche. Console récente séparée, située dans le même bas-côté, mais vers le chœur. Le pédalier et le banc sont d'origine.

Traction et tirage de jeux électriques. Claviers de 61 notes, pédalier de 32 notes. Le sommier (diatonique) du GO est à droite, celui (chromatique) du récit à gauche, la pédale derrière.

Buffet

Pas de buffet, seulement un soubassement et une paroi latérale ajoutée par Delmotte. Les tuyaux de montre en cuivre (avec lèvre en spotted), étoffe (alliage étain + plomb avec plomb majoritaire) et spotted (mi étain, mi plomb) font un curieux mélange. L'emplacement de l'ancienne console "en fenêtre" a été sommairement obturé avec du contreplaqué.

A son ancien emplacement (à Bondues), l'orgue était abrité dans une "boîte" parallélépipédique en contreplaqué, sans jalousies d'expression ni claires-voies.

Composition

 
Orgue Gonzalez (1949) d'Annappes, composition en 2010
I - Grand Orgue II - Récit Pédale
Montre 8 Bourdon 8 Soubasse 16
Flûte à fuseau 8 Prestant 4 Bourdon 8 (extension)
Prestant 4 Nazard 2 2/3 Flûte 4 (extension)
Flûte 4 Doublette 2 Flageolet 2 (extension)
Doublette 2 Tierce 1 3/5  
Plein Jeu III Cymbale II  
Cromorne 8    

Tirasses I, II ; Tirasse I (4') - dans l'inventaire (1998) on lit Tirasse II (4') ; Accouplement II / I, II/I (16') ; octaves graves et aiguës II.

Combinateur avec boutons "suivante / précédente".

Composition des mixtures :

 

  Ut 1 Si b 1 Ut 2 Fa 2 Si b 2 Ut 3 Fa 3 Ut 4
Plein-jeu III 1   1 1/3     2   2 2/3
  2/3   1     1 1/3   2
  1/2   2/3     1   1 1/3
                 
Cymbale II 1/3 1/2   2/3 1   1 1/3  
  1/4 1/3   1/2 2/3   1  

Esthétique sonore

L'instrument semble avoir conservé le style que Gaston Litaize affectionnait, c'est-à-dire assez cru et agressif (d'après ce que j'ai pu entendre par ailleurs, sur place ou par enregistrements interposés : St François Xavier à Paris, Solesmes, certains instruments vosgiens...). L'harmonisation est sans doute à pieds très ouverts, et les biseaux n'ont presque pas de dents. La flûte 8 du Grand Orgue est à cet égard très caractéristique, proche d'une flûte de pan avec coups de langue de péruvien ayant abusé de la coca.

L'instrument est donc assez extrême dans son style, d'ailleurs homogène : le principal (montre) 8 "donne le ton" à tout point de vue. Je n'ai pas de problème avec cette esthétique, que j'ai rencontrée (en moins extrême) en Allemagne, sur des instruments signés Paul Ott datant des années 50. Ce n'est pas mon goût, mais cela ne manque pas de saveur.

Organistes

(2010) Vincent Tinencourt

Photos

_DSC8961_10...
_DSC8961_1000 _DSC8961_1000
_DSC8940_10...
_DSC8940_1000 _DSC8940_1000
_DSC8939_10...
_DSC8939_1000 _DSC8939_1000
_DSC8953_10...
_DSC8953_1000 _DSC8953_1000
_DSC8929_10...
_DSC8929_1000 _DSC8929_1000
_DSC8955_10...
_DSC8955_1000 _DSC8955_1000
_DSC8951_10...
_DSC8951_1000 _DSC8951_1000
_DSC8927_10...
_DSC8927_1000 _DSC8927_1000
_DSC8937_10...
_DSC8937_1000 _DSC8937_1000
_DSC8926_10...
_DSC8926_1000 _DSC8926_1000

Sources

Sources : visite, conversation avec l'organiste

Site Domaines Musiques (fermé - grrrr...)

contentmap_plugin