Édifice

Église néo-gothique d'assez bonne facture, et pourvue de beaux vitraux. Des informations sont disponibles sur cette page wikipédique.

Historique

Orgue Michiels

Avant le 13 juillet 1895, les Delmotte relèvent la composition de l'ancien orgue, "fabriqué par Michiels" (Louis Michiels ? ce facteur peu connu avait travaillé à Ste Catherine de Lille en 1842, et à Flines les Râches en 1866 pour le compte de Merklin-Schütze, semble-t-il) :

Lille, St Maurice des Champs - orgue Michiels
 1° Clavier (54 notes)  2° Clavier (54 notes)
 Flûte 8  Octavin (Doublette)
 Bourdon 8  Euphone 8
 Gambe 8 (1° octave empruntée)  Cornet
 Prestant 4  Trompette 8 B/D
 Flûte 4  

Accouplement des claviers - Trémolo.

Le ou les sommiers étaient chromatiques.

Projet Delmotte, 1895

Le projet est daté du 13 juillet 1895. "Les frères Edouard et Théophile Delmotte établissent un devis d'un nouvel orgue à transmission tubulaire de 24 jeux (20.000 Fr) dont le buffet avait été prévu séparé en deux parties, de chaque côté de manière à dégager le vitrail du fond, la console étant posée au centre. [...] Bien que les facteurs tournaisiens aient contacté le sculpteur lillois Lys-Tancré pour la réalisation du buffet prévu au devis, le projet de construction [...] ne semble pas avoir abouti".

Orgue actuel (Didier, Épinal, 1913)

L'orgue actuel aurait été construit par Didier (Épinal) en 1913, avec une transmission pneumatique à l'origine. Des deux claviers prévus au devis, on est passé à trois claviers en cours de travaux, avec ajout de trois combinaisons et zéro jeux : autrement dit, les jeux initialement prévus ont été redistribués.

L'inauguration eut lieu le 24 octobre 1913, avec le concours de Charles Quef (successeur de Guilmant à la Trinité, et originaire du Nord).

La transmission a ensuite été électrifiée par Georges Delmotte, en 1985, d'après certain dictionnaire des facteurs d'instrument, et la console indépendante modifiée et retournée à cette occasion : à l'origine, elle faisait face à la nef. Lors de cette intervention, le nombre de claviers a été ramené de trois à deux, et la composition a été retouchée, sans doute dans le sens de la composition du devis original.

Vers l'an 2000, l'ancien réservoir qui fuyait a été remplacé par deux petits réservoirs stabilisateurs, et un ventilateur neuf a été installé, le tout par Cogez. On distingue encore le dispositif d'accrochage des pédales du souffleur, sur la charpente conservée de l'ancien réservoir.

Description

Orgue en deux corps séparés (dès 1913) : le grand orgue à gauche et le récit à droite, lorsqu'on fait face à la tribune. Celle-ci a fait l'objet de consolidations par poutrelles métalliques et tirants.

La montre est en zinc ; les plate-faces centrales sont postiches ; les plate-faces extrêmes (obliques) sont en revanche parlantes.

La console, située dans l'allée entre les deux corps, fait actuellement face au vitrail du portail. Les claviers actuels ne sont pas ceux d'origine, pas plus que les dominos.

Composition

à l'origine :

Lille, St Maurice des Champs - orgue Didier, 1913
I - Grand orgue II - Positif expressif III - Récit expressif Pédale
Bourdon 16 Flûte 8 Cor de nuit 8 Soubasse 16
Montre Flûte octaviante 4 Gambe 8 Basse 8
Flûte harmonique 8 Quinte 2 2/3 Voix céleste 8 Flûte 8
Salicional 8 Plein jeu Basson 8-16  
Prestant 4   Trompette 8  
Doublette 2   Voix humaine 8  

Suppression GO, Tir GO, POS, R, POS/GO, R/GO, R/POS

combinaisons : piano, mezzo forte, forte, anches récit

trémolo, expression

Lille, St Maurice des champs - composition relevée en 2011
Grand Orgue Récit expressif Pédale
Bourdon 16 Flûte ouverte 8 Soubasse 16
Montre 8 Gambe 8 Montre 8
Flûte harmonique 8 Cor de nuit 8 Flûte 8
Bourdon 8 Voix céleste 8 Bourdon 8
Salicional 8 Flûte harmonique 4  
Prestant 4 Sesquialter II  
Doublette 2 Fourniture  
Trompette 8 Trompette 16  
Clairon 4 Trompette 8  
  Voix humaine 8  
  Tremolo  

Tirasses I, II et accouplement II/I par dominos. Manuels de 56 notes, pédalier de 30 notes.

Pédales de combinaison : Tirasse GO, tirasse R, R/GO, expression R, Suppression GO ["Anches" ajouté a posteriori sur la porcelaine], Anches R, Mezzo forte, Forte

Organistes

De la fin des années 70 à 1986 : Micheline Picamihl
 
Depuis 1986 : Hugues Huddlestone

Sources

visite, entretiens avec le titulaire, documents reproduits dans l'inventaire des orgues du Nord (partiellement disponible en ligne), mémoire Roland Servais sur la manufacture Delmotte.