Édifice

Les bâtiments des facultés catholiques, Boulevard Vauban, ont été érigés de 1879 à 1887.

Historique

L'installation d'un orgue avait fait l'objet de plusieurs devis :
En 1939 par Séquiès : transfert d'un orgue à transmission pneumatique appartenant au Dr Thilliez, 33 Bld de la Liberté ;
En 1941 par Grammet : montage dudit orgue (ce qui prouve au passage que le transfert avait été exécuté).
L'orgue actuel est en revanche un Merklin originaire de Belgique.

L'orgue Merklin des Bernardines d'Audregnies

Audregnies est un village belge situé non loin de Quiévrain, à l'Est de valenciennes. L'orgue Merklin des Bernardines d'Audregnies a été expertisé en 1951 par Pascal (Lille).
Il s'agissait d'un orgue à deux claviers de 56 notes et pédalier indépendant de 27 notes, avec la composition suivante :

Audregnies, couvent des Bernardines - composition de l'orgue Merklin
Grand orgue Récit Pédale
Montre 8 Flûte harmonique 8 Sousbasse 16
Bourdon 8 Viole de Gambe 8  
Salicional 8 Dolce 8  
Dulciana 4 Voix céleste 8  

Buffet néogothique en chêne clair, avec trois platefaces, la centrale étant prépondérante. Sommier diatonique pour les manuels, et un sommier chromatique pour la pédale. "Ces sommiers sont d'une construction remarquable, très soignés, ils sont en parfait état", ce qui est une constante chez les orgues mécaniques Merklin. Selon Pascal,

Le Dolce 8 seul a été rajouté en remplacement d’un autre jeu, il est de facture plus moyenne. Ses 12 premiers tuyaux sont bouchés et en bois (placés en dehors du buffet sur la partie arrière) du 4’ au 2’ en zinc, le reste en étain.

La console était située à droite de l'orgue, l'organiste tourant le dos à la paroi latérale (et au sommier de pédale qui est disposé perpendiculairement à la façade).

Transfert à Lille et projet de remaniement

Le transfert de l'orgue a été assuré dans la période 1952-1956 par Pascal (Lille). L'inévitable mise au goût du jour a été inspirée par Jean Cau.
Selon la lettre de Jean Cau, le dolce est à éliminer (essentiellement parce qu'en zinc) ; par conséquent :
"Il nous reste 7 jeux dont 4 sont à réutiliser tels quels et 3 à transformer ou reprendre, plus exactement deux qui peuvent être sans doute partiellement utilisés et transformés pour fournir la flûte 4 et le prestant 4, et un à reprendre - Enfin, le plein jeu et la sesquialtera sont à fournir par les PASCAL dans le cadre de leurs accords avec GONZALEZ.
La composition projetée par Jean Cau en 1952 était donc la suivante :

Lille, chapelle des facultés catholiques - projet J. Cau 1952
1° clavier 2° clavier
Montre 8 (jeu existant) Flûte 8 (existant)
Bourdon 8 (jeu existant) Salicional ou Gambe 8, à choisir parmi les deux jeux du même nom
Prestant 4 (jeu nouveau) Flûte 4 (jeu nouveau à fournir)
Plein-jeu IV (jeu nouveau) Sesquialtera II (jeu nouveau à fournir)
   
Pédale  
Soubasse 16 (à compléter de 3 tuyaux)

Le pédalier, de 27 notes à l'origine, était donc prévu à 30 notes avec complément de la soubasse. Les claviers comportaient 56 notes dès l'origine.

Devis de Jean Pascal

Lille, chapelle des facultés catholiques - devis Pascal 1952
Grand orgue Récit Pédale
Montre 8 Flûte 8 (coupée) Sousbasse 16 (sapin, complétée)
Bourdon 8 Salicional 8 (Gambe rediapasonnée)
Prestant 4 (du salicional) Flûte 4 (neuve, étain 32%)  
Fourniture IV (2, étain 70%) Sesquialtera II (étain 32%)  

Composition actuelle

 L'orgue porte les plaques "Manufacture de grandes orgues J. Merklin & Cie, Paris", ainsi que "Pascal 1956"

Lille, chapelle des facultés catholiques - composition actuelle
Grand orgue Récit Pédale
Montre 8 Flûte 8 Sousbasse 16
Bourdon 8 Salicional 8  
Prestant 4 Flûte 4 (basses à cheminée, dessus coniques)
Fourniture IV (1 1/3) Sesquialtera II (idem)  
  Quarte 2  

Sources

Correspondance Jean Cau - Chanoine Lepoutre des 14 et 16 février 1952, dans le fonds Jean Cau (cote 123J5) des archives départementales du Nord.
Fiches d'inventaire des orgues du Nord.

"Le patrimoine des communes du Nord", éd. Flohic.