Édifice

L'ancienne clinique (ou dispensaire) St Camille, actuellement Maison Médicale St Camille rue St Jean Baptiste de la Salle (et rue de la Bassée) à Lille, est bien reconnaissable à l'extérieur par un proche ancien comportant les lettres S et C entrelacées. Le dispensaire a emménagé dans des bâtiments neufs en 1879, dépendant de la faculté catholique de Lille. Ces bâtiments ont été partiellement conservés, mais il semble que la chapelle ait été rasée.

Historique

Ancien orgue (XIX°)

En décembre 1949, Jean Pascal établit un devis de reconstruction. Il décrit ainsi ainsi l'orgue ancien qu'il y trouve :

Petit instrument âgé d'environ cent ans. Aucune signature ni date n'ont été découvertes.

Lille, St Camille - composition vers 1950
Grand Orgue (54 notes)      Récit expr. (35 notes) Pédale (15 n.)     
Montre 8 Salicional 8 par tirasse
Bourdon 8 Voix céleste 8  
Gambe 8 Cor de nuit 8  
Prestant 4 Flûte octaviante 4       
Viole 4    
Basson Hautbois 8    

Tirasse GO ; Expression récit par pédale cuillère.

Orgue en tribune ; pas de détails quant au buffet. Le sommier du récit (1,10 m  de largeur) est situé au centre, au-dessus de celui du Grand Orgue.Traction mécanique avec vergettes en chêne et abrégés à rouleaux métalliques. Console séparée et retournée faisant face à l'autel "d'un modèle extrêmement ancien et très malcommode". Tuyauterie ancienne, généralement coupée au ton. Bourdon, cor de nuit et flûte octaviante sont en bois. La gambe est à "émission lente" (donc d'esthétique romantique plutôt que symphonique). Six basses de montre sont en bois, à l'intérieur du buffet.

Projet Jean Pascal, 1950

Le facteur propose une reconstruction utilisant nombre d'éléments de cet orgue, mais avec une console normalisée et des claviers complets. En voici la composition :

Lille, St Camille - composition projetée (Pascal, 1949)
Grand orgue Récit expressif Pédale
Montre 8 Salicional 8 Soubasse 16     
Bourdon à cheminée 8 (a)      Bourdon 8 Basse 8 (b)
Prestant 4 Flûte 4  
Doublette 2 Nazard 2 2/3  
Fourniture IV Quarte de nazard 2       
  Tierce 1 3/5  

(a) ou flûte à fuseau ; (b) par dédoublement

Traction et registration mécaniques. Tirasses GO, R ; accouplement R/GO. Une combinaison libre par boutons tournants.

Budget estimé à deux millions de francs.

Pierre Avot juge le projet excellent, et suggère :

  • de conserver la voix céleste au récit
  • d'y installer le basson, parlant au récit ou à la pédale (par voie électropneumatique) en 8', voire en 4' ; il mentionne des réalisations similaires sur les orgues personnelles de MM. Dufourcq et Marchal
  • d'ajouter une flûte ouverte 4 à la pédale
  • "en outre, ce serait peut-être beaucoup demander que d'avoir en supplément une cymbale de 2 rangs"

Jean Cau, pour sa part,

  • manifeste une préférence pour la flûte à fuseau, et
  • verrait bien réunir le nazard et la tierce sur une même chape pour faire la place à une cymbale II.
  • Pour la pédale, il recommande un sommier à doubles gravures pour un dédoublement mécanique (Soubasse 16 + Bourdon 8, Basson 8 + Baryton 4). Alternativement, il envisage un pédalier avec une composition réduite (Soubasse 16, Basson 8, Flûte 4) mais étendu à 32 notes.

Il conclut :

"Avec sa fourniture et sa cymbale, son cornet et son anche de 8 au pédalier de 32 notes, ce petit instrument pourrait jouer toute l'oeuvre de J.S. Bach".

Suite et fin

On ne peut dire avec certitude si ce projet a été réalisé ou non. Un peu plus tard, la chapelle fut pourvue d'un orgue par Godefroy et Dubosc, comportant 10 à 15 jeux réalisés pour une vingtaine prévus. Dans les années 1980, cet instrument aurait été démonté et entreposé dans les caves de la faculté de médecine qui servait d'annexe au conservatoire. Devenir inconnu.

Sources

Informations orales.

Fonds Jean Cau (cote 123J5) des Archives Départementales du Nord.