Édifice

Cette église néo-romane en brique construite en 1893, désacralisée et qui menaçait ruine en 2002, a été vendue en 2012 à un particulier, M. Silvany Hoarau. Une vidéo de mars 2014 la montre en cours de rénovation, en vue d'une utilisation mixte (mais non-religieuse) et en particulier culturelle. Elle est pourvue de sa tribune, de l'ensemble du mobilier sacré (y.c. le maître-autel, la chaire, la statuaire et les vitraux dans la mesure où ils ont résisté au temps), de deux harmoniums et d'un orgue.

La volonté du propriétaire est de respecter cet héritage du passé dans son ensemble (architectural, religieux et artistique) et de le mettre en valeur en dépit du, et bien souvent grâce au, changement de vocation de l'édifice : de plus en plus fermées à toute fréquentation en dehors de rares messes dominicales, les églises n'ont d'avenir que si leurs portes s'ouvrent de nouveau.

Historique

L'orgue a été livré en 1899 par le facteur Joseph Bourcet, ancien ouvrier d'Anneesens établi à Tourcoing avec ses ateliers à Halluin. La maison Bourcet eut une existence éphémère : constituée lors de la cessation d'activité d'Aristide Cavaillé-Coll en 1898, elle fut déclarée en faillite en 1901.

L'inauguration est relatée dans Tourcoing, St Louis : inauguration.

Le jour de Noël 1900, Bruggemann (professeur d'orgue au conservatoire de Lille) y accompagne la messe à deux voix de Ratez (directeur du même conservatoire), ainsi que des œuvres de Bach, Saint-Saëns et Widor.

Delmotte y effectue des réparations et accords de 1902 à 1914 au moins.

Électrification par Delmotte en 1982.

Description

Orgue en tribune, celle-ci étant située au-dessus de l'entrée principale située face au Sud. La tribune supporte la console indépendante qui fait face à la nef ; le buffet est installé dans la tour du clocher. L'orgue est pourvu de deux claviers de 56 notes et d'un pédalier concave de 30 notes. Le soubassement contient la soufflerie (ventilateur et réservoirs). Les sommiers du grand orgue et du récit, en chêne, sont situés au-dessus, au même niveau (qui est celui de la montre), le grand orgue devant et le récit en boîte expressive derrière. Une allée entre les sommiers de GO et de récit permet d'accorder leurs jeux d'anches respectifs.

La tuyauterie paraît d'origine, sauf peut-être la montre (parlante) en zinc. Seule la trompette est en spotted. Les jeux de fond sont accordés par entailles, d'ailleurs en bon état, signe que l'orgue a été accordé par un personnel qualifié. Seuls les dessus d'octavin et de flûte octaviante sont coupés au ton, et également en bon état. L'état général de la tuyauterie est bon, hormis quelques affaissements provoqués par le désemparement des tamis.

La traction, électrique directe depuis 1982 avec une soupape par tuyau, semble de belle facture. L'orgue était à traction et registration pneumatiques à l'origine, avec double registration, ce qui a facilité cette mutation.

Buffet

Le buffet se réduit à une façade en chêne comportant trois tourelles plates de sept tuyaux, celle du milieu étant légèrement plus importante, alternant avec deux plate-faces de sept tuyaux également. La décoration néogothique est réduite au strict minimum. La montre (en zinc) est parlante et pourrait être d'origine.

Composition

Tourcoing, St Louis - Composition relevée en 2016
I - Grand orgue II - Récit expressif     
Pédale
Bourdon 16 Cor de nuit 8 Soubasse 16 (a)     
Montre 8 Gambe 8 Basse 8 (b)
Bourdon 8 Voix céleste 8  
Flûte harmonique 8      Flûte octaviante 4       
Gambe 8 Octavin 2  
Prestant 4 Basson Hautbois 8  
Trompette 8    

Manuels de 56 notes, pédalier de 30 notes. Combinaisons (par cuillers) :

Tirasses GO, R ; R/GO ; Octaves aiguës GO ; Anches GO ; expression récit (bascule) ; Anches R ; combinaison libre ; tremblant

Les tirants de registre, de forme classique avec porcelaines rondes, sont placés sur le fronton au-dessus du clavier de récit. La combinaison est libre, et obtenue par une 2° rangée de tirants de registres de petite dimension placés sous la première.

État

L'orgue est en travaux (2016). L'état général en semble bon, hormis quelques infiltrations d'eau qui ont affecté le grand orgue : le sommier et la tuyauterie ont toutefois été partiellement protégés par un plafond en isorel (ou matériau similaire) ajouté après coup.

La remise en état de la soufflerie et la chasse aux fuites de vent est à peu près terminée (2016) grâce à l'intervention des membres de l'association, qui ont bénéficié des précieux conseils de Bernard Cogez. La prochaine étape sera donc la remise en fonction des sommiers, la consolidation de la tuyauterie et l'accord général.

Futur

L'objectif de l'association "L'essence et les sens du Lieu" est de le remettre en état de jouer, puis dans un deuxième temps d'en étendre les possibilités musicales : en effet, cet instrument initialement dédié au culte change de vocation. Les idées, respectueuses de la technique et de la tuyauterie mais de nature à séduire un autre type de musiciens comme d'auditeurs, ne manquent pas.

Organistes

... 1899 ... Joly

... 1998 ... Dominique Rajon

Illustrations

Sources

Voir ici la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=89Y5DBHbG9Q

Le courrier de Tourcoing, 23/12/1900