Édifice

 

Historique

Ancien orgue

L'orgue de tribune avait été bombardé en 1940, puis pillé et exposé aux intempéries. En 1949, il ne restait plus que les sommiers en chêne (grand orgue, récit, pédale), la machine barker, les réservoirs et une soubasse.

Un orgue provenant de l'abbaye de Loos avait été installé (date inconnue ; postérieurement au bombardement ?), et "restauré" par Grammet en 1941. Sa composition primitive supposée (les tuyaux étant en mauvais état et dépareillés, et les jeux échangés) était la suivante :

Composition primitive supposée
 I - Grand orgue       II - Récit  Pédale
 Bourdon 16  Bourdon 8       (en tirasse)     
 Montre 8  Flûte 4  
 Bourdon 8  Plein jeu  
 Salicional 8  Trompette 8       
 Prestant 4  Clairon 4  
 Doublette 2    
 Cornet    

 

Claviers de 54 notes, pédalier de 13 notes. Pas de ventilateur électrique. Grand orgue et récit sont sur un même sommier mécanique. Pression de 120 mm (en 1949), dont Jean Cau suppose que c'est la conséquence de l'intervention de Grammet. En revanche, lorsque Jean Cau recommande de ramener la pression à 65 mm, on comprend qu'il ne s'agit pas non plus de la valeur d'origine, mais d'un parti pris de basse pression caractéristique de ce temps.

Orgue actuel

(réservé)

Sources

Fonds Jean Cau des archives départementales du Nord.